Site icon SHIZUOKA GOURMETS

Marchons jusqu’aux Izakayas comme les Japonais: Geta/Sandales

Publicités

Il n’y a encore pas si longtemps, le son des sandales de bois (geta/下駄 en Japonais) résonnait encore à toute heure de la journeé et de la nuit aussi bien en ville qu’en campagne.
On en parle toujours comme l’un des sons les plus caractéristiques que les Japonais aimeraient entendre dans leur vie moderne. Un proverbe japonais dit que “Vous ne comprendrez pas tant que vous n’aurez porté des geta.” , voulant dire par là que vous ne connaîtrez jamais les résultats avant que les parties soient finies.
Les Chefs avaient l’habitude de les porter à l’intérieur des izakayas et des restaurants de sushi. Maintenant ils ne portent que de laides bottes de plastique.
Incidemment, en ignorant l’usage des geta pour des chaussures européennes, les Japonais ne se rendent pas les choses faciles question santé. Au lieu d’avoir les pieds enfermés dans des chaussures avec les problèmes cutanés consequents pendant la saison des pluies et d’être obliges de supporter des chausssettes poisseuses, les get permettent le movement des pieds dans un environement naturel. Coontrairement à une croyance presqu’universelle, le contact direct de la peau avec le bois ou la laque permet de garder les mêmes pieds à une température confortable, même dans la neige..
De plus, de bonnes geta fabriquées au Japon coûtent en moyenne of 5~6,000 yen (45~50 Euros), ce qui les rend moins chères et plus résistantes que des chaussures européennes! On peut facilement les porter penadant 10 an d’après les artisans traditionels de la Préfecture de Shizuoka!
La grande majorité des geta modernes ont fabriquées en dehors du Jpaon, particulièrement en chineces jours-ci mais la manufacture artisanale survit encore au Japon.
La Cité de Fukuyama dans la Préfecture d’Hiroshima en produit 60%. La Ville d’Hida City dans la Préfecture d’Oita est aussi une grande productrice.
Les geta traditionnelles hautes de gamme sont principalement fabriquées dans les Préfectures de Fukushima, Nagano, Niigata, Akita et Shizuoka.

Les geta sont parfois appelées des sabots de bois en français à cause de leur resemblance avec des sandales de bois portées par les estivants. On pourrait les décrire come une sorte platforme en bois tenant au pied grâce à des cordons faits en toile pour garder les pieds bien au-dessus du sol. Elles se portent avec des habits traditionnels japonais tels les kimono et yukata, mais (au Japon) aussi avec des habits européens en été. On peut encore voir des gens ui les portent les jours de pluie ou de neige pour garder leurs pieds au sec grâce à leur hauteur et perméabilité meilleures que celles des chaussures européennes ou d7autres chaussure telles que des zori
Il exite pusieurs styles de geta. Le style le plus familier dans les pays d l’ouest consiste de planches de bois brut appelés dai (台, plancher) sur lequel se place le pied, d’un cordon de toile (鼻緒, hanao) qui passé entre le gros orteil et le deuxième doigt de pied. Bien qu’il n’y ait aucun besoin de porter de chaussettes, les apprenties geisha (aussi appelées “maiko”) portent leurs geta spéciales avec des tabi (chaussettes japonaises) pour accommoder le hanao.

Les dames ajouteront souvent une couverture de protection appelée tsumakawa (爪掛) pour protéger leurs doigts de pied contre la pluie ou la boue par mauvais temps.
Les pièces de support sous la base de bois, appelées dents (歯, ha), sont aussi faites en bois. Les sandals bon marché sont faites avec du bois de cèdre (杉, sugi), tandis que les geta hautes de gamme sont fabriquées avec le léger paulownia (桐, kiri) importé du Nord du Japon.
Les dents sont usuellement fabriquées séparément et fixées sous la base plus tard (Funageta/船下駄), tandis que les geta de meilleure qualité sont taillées dans un seul bloc appelé (Okaku/大角).
Bien que les bons artisans deviennent rares (il n’en a que cinq reconnus dans la Préfecture de Shizuoka en dépit de leur célébrité), les geta sont peuvent être (et le sont encourages ainsi) peuvent être fabriquées sur taille, pour une chausse parfaite.
De telles chaussures deviennent de plus en plus populaires à l’ étranger où elles sont reconnues non seulement pour leur côté pratique, sain et écologique, mais aussi pour leurs qualités esthétiques.

Le dai peut varier en forme: ovale et étroite pour les dames et reactangulaires et larges pour les homes. Les couleurs aussi: naturelle (harigeta/張下駄), laquées (nurigeta/塗り下駄) ou peintes.
Les dents des geta peuvent être fabriquées en bois plus résistant pour éviter les cassures et enfoncées dans le plancher. Les dents de geta maodernes peuvent être protégées avec des couches de plastique.
Le hanao peut être élargi et rembourré, ou mince et dur, et il peut être fabriqué avec toutes sortes de tissus. Du cotton imprimé avec des motifs japonais traditionnels est populaire. À l’intérieur du hanao est une corde (synthétique récemment, mais traditionnellement en chanvre) qui est attachée d’une façon spéciale aux trois trous aménagés dans le dai. Le hanao est remplaçable bien que casser son hanao soit un signe de Malheur!
Les Maiko à Kyoto portent de hautes geta distinctes appelées okobo. Les très jeunes filles aussi portent des “okobo”, aussi appelées “pokkuri” et “koppori”, à qui ont de petites clochettes cahées à l’intérieur du plancher. Elles sont taillées de manière à faciliter la marche.
Les lutteurs japonais de sumo professionnels des deux divisions inférieures doivent porter des geta et des yukata tout le temps!

Plusieurs sortes de geta pour les vrais collectionneurs! (cette liste est loin d’être complète!):
-Sokugeta/足駄: de véritables antiquités puisqu’elles étaient portées en les Ères Heian et Edo! Elles étaient devenues les chaussures symboliques des étudiants de l’Ère Meiji
-Yama Geta/山下駄: Sandales de montagne carrées fabriquées en bois de paulownia wood et portées au début de l’Ère d’ Edo. Quand elles sont faites en bois de cèdre, on les appelle Yoshiwara geta/吉原下駄 pusique les gens qui venaient s’amuser dans le Quartier de Yoshiwara les portaient les jours de pluie.
-Pokkuri Geta/ぽっくり下駄 portées par les maiko, geisha et jeunes filles. En général plus hautes et décorées de motifs dorés.
-Robou/露卯, Yanagi Geta柳下駄 portées au début de l’Ère Edo.
-Uma Geta/馬下駄, carrées et fabiquées en cèdre. “Sandales de chevaux”, appelées ainsi parce qu’elles rappelaient le son des sabots des chevaux sur la chaussée pavée.
-Koma Geta/駒下駄, les sandals tous temps les plus connues de l’Ère Meiji.
-Kiri Geta/桐下駄, sandals chères de haute qualité faites en bois de paulownia. À l’origine peintes avec de la laque noire.
-Odawara Geta/小田原下駄, très populaires chez les dockers et pêcheurs du 18ème Siècle en dépit de leur prix élevé.
-Ippon Geta/一本下駄 ou Tengu Geta/天狗下駄, sandals avec une seule dent /歯/”tooth”. Aussi bien porté par les adultes que par les enfants.
-Taka Geta/高下駄, sandals très hautes
-Bankara/バンカラ/Sandales très étroites avec de hautes dents, populaires chez les étudiants d’autrefois.

Manufacture/Salle d’exhibition recommandée:
Suruga Nuri Geta (駿河塗下駄) (recommandée par le Gouvernement de la Préfecture de Shizuoka)
420-0047, Shizuoka City, Aoi Ku, Seikancho, 9-22
Tel. & fax: 054-253-4917
Homepage: http://www.shizuoka-kougei.jp/009.html (Japonais)

Quitter la version mobile
Aller à la barre d’outils